Cordes et Modes





La Kora " classique "

Chevalet à 21 cordes

Les cordes les plus importantes ont un nom propre. La note de la corde est replacée dans la gamme et donnée entre parenthèse (ex: VI3 = 6ème corde du 3ème octave). Pour une Kora accordée en Do majeur cette corde correspond à la note La3 mais comme les kora sont généralement accordée en Fa majeur, ce sera la note Ré 3.

(Rq : les octaves sont numérotés de 2 à 5, car il existe des koras avec des basses supplémentaires dans l'octave 1 ; cf. ci-dessous)


La Kora est accordée sur une gamme heptatonique, ce qui signifie que l'octave est divisé en 7 notes (notes I-II-III-IV-V-VI-VII), comme la gamme Do majeur ou les touches blanches d'un piano.

La kora a une amplitude tonale supérieure à 3 octaves. Cf. Schéma ci-dessus en Fa majeur, ce qui est l'accord le plus utilisé, appelé Silaba, gamme Fa-Sol-La-Sib-Do-Ré-Mi, voir gammes et accords:

L'octave bas 2 (basses) est incomplet (Fa-Do-La-Sib),
L'octave medium-bas octave 3 est complet (Fa-Sol-La-Sib-Do-Ré-Mi),
L'octave medium-haut octave 4 est complet (fa-sol-la-sib-do-ré-mi),
L'octave haut octave 5 (aïgu) est incomplet (fa-sol-mi)

Un autre accord très important s'appele Sauta. Dans cet accord tous les Sib sont augmentés par un demiton en Si naturel,, gamme Fa-Sol-La-Si-Do-Ré-Mi, voir gammes et accords

Le placement des cordes est dans un ordre diatonique pour les deux octaves medium.
C'est à dire la gamme ascendante est jouée en zig zag : droit (Fa), gauche (Sol), droit (La), gauche (Sib), en utilisant les pouces dans les octaves bas (lettre majuscules) et les index (minuscules) dans l' octave supérieur (medium haut).
L'octave bas est joué avec le pouce gauche et l'octave le plus aïgus est joué avec l'index droit. La note (x) est donc jouée avec l'index droit mais c'est en fait un effet de percussion executé en frappant le bras de la kora (bâton qui sert à tenir l'instrument) - voir Bulukondingo Podi.

Les cordes et leur fonction harmoniques

La note la plus basse du côté droit (note I) se nomme Timbang (le g en langue mandingue ne se prononce pas mais sert de nasale). Dans la plupart des morceaux c'est la base tonale de la musique.

Le Timbang est associé à la note située à la quinte de celui-ci (note V : Do) qui se nomme Timbang a Djinkandong. Cette note est " le répondant " du Timbang. Cette association Timbang et Djinkandong est à la base de l'accord de la kora à l'oreille et permet d'accorder plusieurs Koras ensemble (" ounso timbang la manié " ce qui veut dire donnes-moi ton timbang que je règle ma kora sur toi). Dans de nombreux morceaux du répertoire Tiliji (Ouest de la Gambie, du Sénégal, de la Guinée Bissau), cette corde est jouée comme contrebasse en alternance avec le Timbango, ce qui constitue la base tonale de l'accord de la kora en majeur. Kelefaba et N Teri Jato sont des chansons connues jouées dans l'accord commun F majeur - C7 mode créant une tonique - avec un sentiment dominant proche des harmonies occidentales. Dans ces morceaux l'alternance Timbang et Timbang-Djinkandong constitue une base rythmique qui est constante sur l'ensemble du morceau, y compris dans les parties solos. La gamme est Fa-Sol-La-Sib-Do-Ré-Mi.

N Teri Jato
écouter N Teri Jato MP3

La plus grosse corde à gauche (note I=Fa) dans l'octave 1 en dessous de la base tonale. Elle se nomme Timbambâ (en Gambie) ou Bâkumbâ (en Casamance ce qui signifie la grosse corde). Sa fonction est de renforcer et de contraster avec le Timbang. Elle est souvent utilisée comme relance de basse sur le contretemps.

La deuxième corde basse sur la gauche (note V), qui est à la quinte au-dessus de Bâkumbâ et dans l'octave au-dessous du Timbang-Djinkandong est appelée Dibong. Elle a la même fonction que le Timbang-Djinkandong c'est à dire servir de répondant au Timbang mais plutôt en terme de relance de basse.

La troisième corde à gauche (note VI=Ré), à la sixte supérieure à Bâkumbâ est nommée Alla la ké en référence au morceau très connu, dans lequel cette corde domine et donne un mouvement harmonique entre la note I = Fa (majeur ou mode lydian) et la note VI = Ré (mineur parallèle/mode aéolian, gamme Ré-Mi-Fa-Sol-La-Sib-Do quand la kora est accordée en Silaba ou mode dorien, gamme Ré-Mi-Fa-Sol-La-Si-Do si la kora est accordée en Sauta ; cf. gammes et accords). Beaucoup de morceaux du repertoire Tilibo (est de Gambie et du Sénégal, du Mali) comme p. ex. Douga suivent ce schéma d'harmonie Fa majeur - Ré mineur.

Douga
écouter Douga MP3

La quatrième corde à gauche, située à la septième (note VII = Mi) au-dessus de Bâkumbâ est nommée Kumaré (ou Diakka) comme la deuxième corde à droite (note III = La) qui se situe à la tierce supérieure au Timbang. L'intervalle créé entre ces deux notes forme la base harmonieuse de beaucoup de morceaux en provenance de Casamance et de Guinée-Bissau, comme par ex. Cheddo ou Abdou N'Diaye. Elles sont jouées avec la note III = La comme base tonale, ce qui correspond à un mode phrygien, gamme La-Sib-Do-Ré-Mi-Fa-Sol.

Cheddo
écouter Cheddo MP3

Seules ces cordes basses ont des noms particuliers. Toutes les cordes aigües qui sont à l'octave des cordes identifiées par un nom sont appelées simplement Kara la dingo - petites cordes.

Les trois cordes les plus aigües du côté droit (celle qui est à deux octaves au dessus du Timbang, la seconde et la tierce note I=Fa, II=Sol, III=La sont appelées Lenglong. Elles sont fréquemment jouées ensemble en accord dans un accentuation rhythmique et percussive comme un modèle d'ostinato de clave (Cf. technique de jeu Sariro).

Toutes les cordes avec un intervalle de type octave ou quinte (comme Fa-Do-fa-do) sont nommées Kumbé (Kumbengo). Ce terme représente donc l'unité de base rhythmique du morceau et permet aussi l'accordage correct de l'instrument.

La Kora de Casamance

Chevalet à 23 cordes


Nous avons ici des basses supplémentaires dans l'octave inférieur de chaque côté du chevalet. Du côté droit, c'est la note VI = Si, du coté gauche c'est la note II = Sol. De plus, la troisième corde à gauche peut dans certains cas être descendue de VI = Ré à III = La.


En Casamance, les koras sont fréquemment jouées avec plus de 21 cordes. Il y a des koras avec 22, 23, 25 et même 28 cordes (source pour ce système d'accord : Diali Meseng Cissokho, Ziguinchor). Les cordes supplémentaires comblent les lacunes dans la gamme basse et prolongent le spectre de tonal. Elles permettent au musicien de jouer des autres modes sans réaccorder l'instrument.

Des koras à 22 cordes existent également en Gambie et Guinée-Bissau. La corde supplémentaire dans l'octave basse sur le côté droit est à la quarte au-dessus de Bâkumbâ (note IV = Si) est nommée Paintiong. Un morceau très connu qui utilise le Paintiong comme base tonale est la version gambienne ou casamançaise de Kaïra, car cette chanson doit être jouée en mode lydien Dans l'accord Silaba la gamme est Sib-Do-Ré-Mi-Fa-Sol-La. Dans sa version " normale " malienne de ce morceau la kora est accordée en Sauta, gamme Fa-sol-La-Si-Do-Ré-Mi, Cf. gammes et accords. Ainsi, des compositions ou adaptations modernes afro-cubaines ("Guantanamera") ont besoin du Paintiong pour les harmonies Occidentales I=Fa ; IV=Si ; V=Do ; IV=Si.

Kaira
écouter MP3

La 23ème corde est montée du côté gauche et nommée Linyang. Elle peut être accordée ou à la seconde (note II=Sol) ou à la tierce (III= La) au-dessus du Bâkumbâ. Accordé en La et en combinaison avec les cordes Kumaré c'est la base tonale pour des morceaux en mode phrygien, la gamme La-Sib-Do-Mi-Fa-Sol. Yéyong est une chanson connue jouée dans ce mode.

Yayang
écouter Yayang MP3

Une fois accordé à la note II=Sol le Linyang sert de countrebasse au Dibong (note V=Do), qui est la base tonale pour des morceaux en mode mixolydien, gamme Do-Ré-Mi-Fa-Sol-La-Sib, comme Mama Manneh.

Mama Manneh
écouter Mama Manneh MP3

Les cordes supplémentaires aux 23 précédentes sont montées sur une rangée au centre du chevalet. La première est mise dans un entaille sur le bord supérieur du chevalet. Les autres sont installées en faisant des trous au centre du chevalet. Elles s'appellent Temajulo kiling, fula, saba (traduction : les cordes du milieu 1, 2, 3). Temajulo kiling est la plus basse des toutes les cordes et est accordée à l'octave au-dessous du Dibong (note V=Do) et assiste ainsi cette note comme base tonale. Temajulo fula est le double de Alla la ke (la sixième, note VI=Ré au dessus de Bâkumbâ) et Temajulo saba est le double de la seconde (note II=Sol) au dessus du Timbango. Ces cordes sont principalement employées pour le répertoire typique de Casamance, des morceaux dans le mode mixolydien avec le Dibong comme base tonale.


Chevalet avec 28 cordes

Ici nous avons 7 cordes supplémentaires : les 3 Temajulo cordes centrales supplémentaires, une corde basse sur le côté gauche (Alla La ke), une basse sur la droite (Paintiong) et 2 cordes Lenglong-aigües à gauche (note Do en octave 4) et à droite note Do en octave 5).

Quoi qu'il en soit, il est possible de jouer le répertoire de Casamance (légèrement limité) sur une Kora à 21 cordes : dans ce cas une corde non requise pour jouer le morceau - habituellement le 3ème du côté gauche (Alla la ke , la sixième VI=Ré au-dessus du Bâkumbâ) sera accordé au Paintiong (quarte/à la note IV=Sib au-dessus de Bâkumbâ) ou comme Linyang (à la seconde/note II=Sol ou tierce/note III=La au dessus de Bâkumbâ). Pour une kora à 22 cordes le Paintiong est toujours là. Les morceaux en mode phrygien et mixolydien bénéficient de la basse supplémentaire, car le Paintiong peut jouer en harmonie avec Linyang et avec le Dibong.

Le logiciel Kora Jaliya est aussi bien configuré pour les Koras " classiques " à 21 cordes, ", que les kora de Casamance à 23-cordes Casamance Kora, en remplaçant Alla la ke par Linyang note III=La avec les notes supplémentaires du Paintiong et de Linyang II=Sol, et de ce fait rend possible l'exécution le mode phrygien et mixolydien.

Relations modales


Pour la kora à 21 cordes, Kora "classique" les cordes les plus graves de droite et de gauche ont la fonction d'une base tonale "naturelle" pour la musique de Kora. Mais beaucoup de morceaux assignent ce rôle harmonique prépondérant à une autre corde. Selon l'accord utilisé ceci mène dans un autre mode et donc à un autre caractère harmonique de la musique.

Le tableau synoptique suivant montre les relations modales en Fa majeur dépendant de l'accord et de la tonalité. Les modes énumérés sont ceux qui sont employés les plus couramment dans le répertoire de la Kora traditionnelle.

(remarque: ici nous utilisons la notation internationale)

Accords Silaba, Hardino, Tomora Ba
(ils correspondent en gros à l'accord Fa majeur):

base tonale gamme mode morceau typique
Timbango F F G A Bb C D E f majeur/ionien Kelefaba
Linyang A A Bb C D E F G a phrygien Cheddo
Panchang Bb Bb C D E F G A Bb lydien Kaira
Dibong C C D E F G A Bb C mixolydien Dandan Nyarya
Allalake D D E F G A Bb C d aeolien Sakhadougou

Accord Sauta (accord majeur avec quarte augmentée):

base tonale gamme mode morceau typique
Timbango F F G A B C D E f lydien Lambang
Linyang A A B C D E F G a aeolien Asumka
Allalake D D E F G A B C d dorien Douga

Accord Tomora Mesengo (accord à differences régionales, comparable à un mineur):

base tonale gamme mode morceau typique
Timbango F F G Ab Bb C D Eb f dorien Tara
Linyang Ab Ab Bb C D Eb F G Ab lydien Mamadou Bitiki

Accords peu courants utilisés en plus des traditionnels précédents comme celui-ci nommé "Espagnol":

tonal base scala mode typical piece
Timbango F F G A Bb C D Eb f mixolydien pas d'exemples connus





Copyright © 1997-2003 Harald Loquenz. All rights reserved

Contact

www.kora-music.com